Rule of the Pourpointiers of Amiens

Author: Pourpointiers of Amiens
Original Language: French
Place of Composition: Amiens
Date of Composition: 7 February 1429/30
Source of Text: Augustin Thierry (ed.), Recueil des monuments inédits de l’histoire du tiers état: prèmière série, chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et metiers des villes et communes de France, région du Nord. Tome deuxième (Paris: Imprimerie Impériale, 1853) pp. 110-112 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2515d/f192.item
Source of Translation: n/a
Conditions of Use: Please ask before quoting translations in print, and acknowledge me as the source of transcription and translation.

Description goes here

Sachent tout chil qui cest escript verront, que, par les maire et eschevins de la cité d’Amiens, à le requeste des gens du mestier de pourpointerie en le ville d’Amiens, pour le bien et prouffit commun, ont esté et sont fais, sur ledit mestier, en le voulenté et ou rappel desdis maire et eschevins, les édiz, ordonnances et estatus cy-aprez déclariez: Sachent tout chil qui cest escript verront, que, par les maire et eschevins de la cité d’Amiens, à le requeste des gens du mestier de pourpointerie en le ville d’Amiens, pour le bien et prouffit commun, ont esté et sont fais, sur ledit mestier, en le voulenté et ou rappel desdis maire et eschevins, les édiz, ordonnances et estatus cy-aprez déclariez:
1. Primes, que aucuns dudit mestier de pourpointerie ne autrez ne puist faire ne faire faire en ledicte ville aucuns pourpoins ne autrez ouvrages dudit mestier, ne aporter de dehors en icelle ville pour vendre, qu’ilz ne soient de bonnes et souffissans estoffes, c’est assavoir de fustane noeuve, toille noeuve, garnis de bon coton souffissamment. 1. Primes, que aucuns dudit mestier de pourpointerie ne autrez ne puist faire ne faire faire en ledicte ville aucuns pourpoins ne autrez ouvrages dudit mestier, ne aporter de dehors en icelle ville pour vendre, qu’ilz ne soient de bonnes et souffissans estoffes, c’est assavoir de fustane noeuve, toille noeuve, garnis de bon coton souffissamment.
2. Item, et aussy que les puignez et collez desdis pourpoins, se on les fait de drap, soient de noeuf drap et doublez de drap noeuf, bon et souffissant, et que lesdits pourpoins soient bien tailliez, cousus et bien fais, et qu’ilz soient bien garnis de toille a l’endroit des atacques et partout ailleurs òu il appartenra. 2. Item, et aussy que les puignez et collez desdis pourpoins, se on les fait de drap, soient de noeuf drap et doublez de drap noeuf, bon et souffissant, et que lesdits pourpoins soient bien tailliez, cousus et bien fais, et qu’ilz soient bien garnis de toille a l’endroit des atacques et partout ailleurs òu il appartenra.
3. Item, et se aucuns en icelle ville dudit mestier ou autrez voeult vendre ou faire vendre aucuns pourpoins, jacques ou jacquettes, que iceulx pourpoins, [p. 111] jacques ou jacquettes soient de fustane et de toille noeufve et amplis d’estoffe souffissamment tout d’une sorte, c’est assavoir de coton ou de boure de soie. Quant ausdis pourpoins et quant ausdis jacques ou jacquettes, qu’ils soient amplis tout d’estoupes de boure de soye ou de coton, chacun amplage mis à par lui, comme dit est. 3. Item, et se aucuns en icelle ville dudit mestier ou autrez voeult vendre ou faire vendre aucuns pourpoins, jacques ou jacquettes, que iceulx pourpoins, [p. 111] jacques ou jacquettes soient de fustane et de toille noeufve et amplis d’estoffe souffissamment tout d’une sorte, c’est assavoir de coton ou de boure de soie. Quant ausdis pourpoins et quant ausdis jacques ou jacquettes, qu’ils soient amplis tout d’estoupes de boure de soye ou de coton, chacun amplage mis à par lui, comme dit est.
4. Item, et s’il avenoit que aucun vousist emplir lesdis pourpoins, jacques ou jacuqettes, tous d’estouppes, de boure, de drap, ou d’autres estoffes que de coton ou boure de soye, que lesdis pourpoins, jacques ou jacquettes, avant qu’ilz soient cousis, soient noirchis, affin que on en ait cognoissance dudit amplage, et que le peuple n’en soit décheu; et se aucun est trouvé faisant ou avoir fait le contraire d’aucunes des choses dessusdites, il sera enqueux pour chacune fois en amende de XX solz parisis, à appliquier moictié à ladicte ville, et V solz pour convertir en le réparacion du cierge dudit mestier, et v solz aux eswards qui seront ordonnez sur ledit mestier. Et aussy l’ouvrage qui sera trouvé ainsy mal fait sera ars par justice, au devant de la maison de cellui qui ainsy l’ara mal faict, ou de celui qui le volra vendre, affin que les autrez y pregnent exemple. 4. Item, et s’il avenoit que aucun vousist emplir lesdis pourpoins, jacques ou jacuqettes, tous d’estouppes, de boure, de drap, ou d’autres estoffes que de coton ou boure de soye, que lesdis pourpoins, jacques ou jacquettes, avant qu’ilz soient cousis, soient noirchis, affin que on en ait cognoissance dudit amplage, et que le peuple n’en soit décheu; et se aucun est trouvé faisant ou avoir fait le contraire d’aucunes des choses dessusdites, il sera enqueux pour chacune fois en amende de XX solz parisis, à appliquier moictié à ladicte ville, et V solz pour convertir en le réparacion du cierge dudit mestier, et v solz aux eswards qui seront ordonnez sur ledit mestier. Et aussy l’ouvrage qui sera trouvé ainsy mal fait sera ars par justice, au devant de la maison de cellui qui ainsy l’ara mal faict, ou de celui qui le volra vendre, affin que les autrez y pregnent exemple.
5 5
6. Item, que aucuns dudit mestier, parmentiers, viésiers, flépiers de ledicte ville ne autres, ne puissent fair ne faire faire aucuns pourpoins, jacques ou jacquettes, pour vendre ou faire vendre en icelle ville, qui soient emplis de autres estoffes[2] ne fais par aultre manière que dessus est déclairé, sur et à paine de XX s. d’amende, à appliquer comme dessus est dit, et d’iceulz ouvrages estre ars, comme dit est, au devant de le maison du faiseur ou du vendeur; et aussy que lesdis viésiers ne puissent vendre aucuns pourpoins de fustane qu’ilz ne soient noirchis au devant qu’ilz les vendent, sur et à paine dessus dicte. 6. Item, que aucuns dudit mestier, parmentiers, viésiers, flépiers de ledicte ville ne autres, ne puissent fair ne faire faire aucuns pourpoins, jacques ou jacquettes, pour vendre ou faire vendre en icelle ville, qui soient emplis de autres estoffes ne fais par aultre manière que dessus est déclairé, sur et à paine de XX s. d’amende, à appliquer comme dessus est dit, et d’iceulz ouvrages estre ars, comme dit est, au devant de le maison du faiseur ou du vendeur; et aussy que lesdis viésiers ne puissent vendre aucuns pourpoins de fustane qu’ilz ne soient noirchis au devant qu’ilz les vendent, sur et à paine dessus dicte.
x y

[2] Une ordonnance du 7 janvier 1465 permit aux pourpointiers, attendu la cherté du coton, qui valait IIIIs VIIId la livre, d’emplir <<les corps des pourpoints de laine blanche, nette, lavée et guardée pendant un an. ↑ back ↑

Edit 2021-02-23: Created this page and copied the first four items.

← Back to Armour in Texts ←